Les arrière-pensées gouvernementales de la démobilisation du M23

26/01/2014
26/01/2014

Pour la Monusco, un plan de réintégration des soldats de l’ancienne rébellion en dehors de leurs communautés d’origine n’est pas viable. Le M23 ne l’acceptera pas et les risques de nouvelles tensions ne sont pas à prendre à la légère.

For Monusco, a plan to reintegrate former rebel soldiers outside their communities of origin is not viable. The M23 will not accept it and the risk of new tensions are not to be taken lightly.

Selon une source interne à la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (Monusco), le plan gouvernemental de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des combattants de l’Armée révolutionnaire congolaise (ARC), aile militaire du M23, suscite craintes et perplexités au sein de l’appareil onusien à Kinshasa. « Un officiel de la Monusco n’a pas hésité à affirmer, pendant le meeting, que le plan DDR conçu par les autorités congolaises, et sur lequel les fonctionnaires de l’Agence nationale de renseignements (ANR) ont la haute main, ressemble davantage à un projet de déportation qu’à un processus de démobilisation », nous confie notre source qui fait état d’une réunion tenue par la Monusco en date 21 janvier, présidée par le général Abdallah Wafi et en présence de nombreux diplomates étrangers.

A la fin des travaux, un texte a été rédigé et adressé en forme de communication aux autorités kinoises, dans lequel on proposait à ces dernières, et avec un ton plutôt musclé, de revoir la formulation du plan DDR. Faute de quoi, il n’aurait pas été avalisé par la « Communauté Internationale », de laquelle les autorités congolaises attendent un soutien fort au niveau logistique et financier.

Les hautes instances de la Monusco, qui se plaignent également du manque de collaboration du gouvernement, font remarquer que les principes de réinsertion établis par les responsables du DDR – dont le patron, le général Delphin Kahimbi, ancien N° 1 de la 10e région militaire du Sud-Kivu et à l’heure actuelle en voie d’affectation, n’a pas, à proprement parler, la renommée d’un partisan de la réconciliation avec les ex-rebelles – ne prennent pas en charge la « dimension communautaire »… Bref, on soupçonne à juste titre le gouvernement de ne pas vouloir le retour des militaires démobilisés dans leurs foyers d’origine. « On vaudrait leur imposer une sorte de relocalisation ailleurs que dans les lieu où ils habitaient et c’est pour cela qu’on prévoit de les faire partir avec leurs familles. La conséquence sera que les ex-combattants n’accepteront pas d’y aller. L’application du plan sera bloquée et la sécurité du Kivu ne s’améliorera pas », nous explique la même source.

En clôture de la réunion, le général Abdallah Wafi a fait part, en termes même pas trop diplomatiques, du refus de la Monusco de soutenir le plan DDR si ses modalités n’étaient pas modifiées.

On se pose la aussi la question de savoir quelle attitude prendront les dirigeants du M23, directement concernés et certainement au courant du plan gouvernemental et des risques que son approche en matière de retour à la vie civile des ex-militaires de l’ARC comporte pour ces derniers. Surtout que les mêmes n’auront pas oublié le sort des quarante-quatre militaires rwandophones tués à Dungu, dans la Province Orientale, après avoir accepté la délocalisation en 2012.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 26/01/2014
 http://www.lagencedinformation.com/059-les-arriere-pensees.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

La 2e bataille de Mutaho

 Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui (...)

Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui tenteraient de le déloger de ses positions surplombant Goma, à Mutaho, où ine importante bataille s’est déjà produit le mois dernier.

Il dénonce par ailleurs le fait que les forces gouvernementales aient progressivement avancé depuis une quinzaine de jours, jusqu’à se retrouver à vingt mètres des lignes du M23.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/07/2013

RDCongo : Le régime sous pression

 Le pouvoir a été obligé de faire les premières concessions face à la contestation populaire et aux inquiétudes des chancelleries hantées par le spectre d’un (...)

Le pouvoir a été obligé de faire les premières concessions face à la contestation populaire et aux inquiétudes des chancelleries hantées par le spectre d’un embrasement incontrôlable. Mais le retrait de la disposition litigieuse de la nouvelle loi électorale qui aurait permis à Joseph Kabila de prolonger sa mandature au-delà de 2016 doit être entérinée par la signature du magistrat suprême et ne semble pas en tout cas épuiser les revendications du mouvement de masse

The regime had to do the first concessions considering the popular contestation and the fear of the diplomats haunted by the fact that the country would slide into chaos. But the deletion of contested law that would have permitted to Joseph Kabila to prolong his mandate beyond 2016 must be endorsed by the signature of the supreme magistrate and doesn’t seem to exhaust the demands of this mass mouvement.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 25/01/2015

RDC : Le retour du M23

 Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle (...)

Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle et Kinshasa – notamment leur rapatriement conforme aux clauses des protocoles signés, le retour des réfugiés et la démobilisation des groupes armés sévissant à l’Est –, les combattants du général Sultani Makenga ont pour la plupart quitté leurs camps près de Kampala et sont rentrés au pays. Une action qui se voulait, au début, démonstrative et inoffensive…

Having enough of waiting for the government to respect the commitments made on December 12 2013 in Nairobi, which followed the cessation of hostilities between the rebel movement and Kinshasa - including their repatriation in accordance with the signed protocols, the return of refugees and the demobilization of groups Armed fighters in the east -, most of the fighters of General Sultani Makenga have left their camps near Kampala and returned home. An action which at first was meant to be demonstrative and harmless ...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/02/2017