RDC : Une nouvelle union sacrée face à un probable changement de la constitution et au découpage territorial

15/01/2015
15/01/2015

Dans toute la bande orientale du pays, lentement mais certainement, l’opposition monte contre les manœuvres du pouvoir central. Saura-t-elle atteindre les autres provinces ?

In all the eastern stripe of the country, slowly but surely, contestation is growing against the central power’s manœuvres. Will it be able to attain the other provinces ?

15/01/15

Nul ne pouvait s’attendre à une forte contestation qui proviendrait du Katanga, province « natale » du président Joseph Kabila, et entité territoriale ayant bénéficié de la retenue à la source de 40% sur les recettes fiscales dès l’an 2011, au moment où les 10 autres provinces attendent toujours une rétrocession qui tarde à venir malgré les recommandations faites à Addis Abeba (Accord-Cadre de février 2013) pour ramener la paix dans ce pays dont la gouvernance laisse à désirer.
Comme sous la Deuxième République, la plus forte mobilisation, dans ce cas orientée contre un troisième mandat de Kabila et le découpage territorial, provient de la province cuprifère nourricière du gouvernement central et dont la population a conservé intacte l’idéal fédéraliste hérité de la sécession katangaise sous Moise Tchombé Kapend.

Le trio qui fait peur a Kabila

Le Katanga a réussi cette forte mobilisation des masses à Lubumbashi, deuxième ville du pays. Le bâtonnier Jean-Claude Muyambo Kyassa, président du parti Solidarité congolaise pour la démocratie (SCODE) a donné le ton dès le mois de novembre 2014 en annonçant avec fracas son départ de la mouvance présidentielle (la famille politique de Joseph Kabila), suivi d’un « non » unilatéral sur toute modification éventuelle de la Constitution (articles verrouillées) qui permettrai au président Kabila de briguer un troisième mandat.

Lumumbashi

Le président de l’assemblée provinciale, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, leader d’un parti fédéraliste (UNAFEC) et voix très écoutée dans la province, réussira à convaincre l’opinion locale, mobilisant toute la ville pour une démonstration de force qui surprendra la garde prétorienne de Kabila et la machine répressive d’un régime qui commence à montrer ses limites.
Le 24 décembre 2014, le gouverneur Moise Katumbi de retour d’Europe, où il suivait des soins médicaux pour un empoisonnement, enfoncera le clou par une métaphore footballistique employée pour juxtaposer dans une rare élégance l’idée d’un troisième faux penalty à l’allusion à un troisième mandat, néanmoins rejeté par l’opposition et nombreux acteurs politiques qui hier encore s’attablaient à la mangeoire de la cour de Kingakati, la ferme présidentielle près de Kinshasa.

Moïse Katumbi

Les FDLR compliquent le retour de la paix au Kivu

La présence meurtrière et persistante depuis vingt ans à l’Est des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), qui abritent les auteurs du génocide au Rwanda et sont depuis devenues force supplétive de l’armée congolaise (FARDC) pour traquer ceux qui réclament le droit à l’existence et la sécurisation de toute la bande orientale du pays, sont loin de faciliter le retour à une paix durable. La communauté internationale par la tutelle de la Mission onusienne au Congo (MONUSCO) a multiplié des déclarations tonitruantes les unes après les autres, pour finir par avouer que l’opération désarmement et cantonnement volontaire de ces forces négatives responsables numéro-un de l’insécurité au Kivu et au Katanga n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau. La dernière valse diplomatique du président sud-africain Jacob Zuma pour une prolongation de la traque des FDLR vient de se buter à un non-recevoir par les pays de la zone SADC et CIRGL (Afrique Centrale, Australe et Grands Lacs). Du coup son cavalier du « dernier tango », Jakaya Kikwete, le président de la Tanzanie, change de ton en déclarant à qui veut l’entendre que son pays participera à la prochaine opération contre les FDLR. Un changement d’alliance qui reste à vérifier et n’arrange pas en tout cas le gouvernement : Kinshasa tarde en effet à verser la prime due aux FDLR pour avoir été pendant si longtemps le bouclier du pouvoir en place contre la rébellion au Kivu.

Nord-Kivu et Ituri

A Beni (Nord-Kivu) et à Mambasa (Ituri, Province Orientale), un membre de la société civile qui a requis l’anonymat affirme qu’une main invisible continue à semer la mort pour contrôler les gisements d’or de la vallée de la Semliki. Les chefs coutumiers et les opérateurs économiques proches du RDC-ML de l’ex-ministre Mbusa Nyamwisi sont les cibles d’une mystérieuse force structurée et non-originaire de la région qu’impose aux villageois le déplacement forcé, renseigne la même source.
Les tensions se multiplient sur toute l’étendue de la République avec comme singularité l’opposition à toute modification de la Constitution et le découpage territorial. Comme la citadelle qui détruit le haricot de l’intérieur, le trio katangais a su donner un ton qui semble être suivi par les autres provinces. La dictature et la centralisation à outrance risque d’y prendre un coup fatal !

El Memeyi Murangwa et Luigi Elongui par l’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information
 15/01/2015
 http://www.lagencedinformation.com/082-rdc-une-nouvelle-union-sacree-face.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

 En images

Voir aussi

RDC : Management par la terreur

 Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes. (...)

Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes.

Alors que les violences font depuis quelque mois tâche d’huile dans les territoires de Lubero, Walikale, Rutshuru et Masisi, où les différentes communautés s’affrontent par milices interposées, la responsabilité du pouvoir et de ces relais locaux émergent dans l’orchestration des atrocités.

Un désordre entretenu en forme de diversion, pendant que le président Kabila prépare son maintien illégal au sommet de l’Etat au-delà du délai constitutionnel du 19 décembre 2016.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 8/05/2016

La solution africaine

 Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la (...)

Depuis un an, les États membres de la CIRGL, appuyés par la majorité des pays de l’East African Community, s’opposent à la solution militaire voulue par la France, Kinshasa et le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DPKO). Un défi gagné, si l’on considère les conclusions des dernières assises de Kampala, d’autant plus importantes face aux risques d’une confrontation générale entre les États de la région.

Over the past year, the ICGLR member states, supported by the majority of countries in the East African Community, oppose the military solution aimed by France, Kinshasa and the Department of Peacekeeping Operations of the UN (DPKO). A successful challenge, considering the decisions taken by the last summit held in Kampala, specially important regarding the risks of a global confrontation between the states of the region.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 7/09/2013

L’intox des shebbabs du M23

 Depuis plusieurs jours, court, enfle, se répand par de multiples voix, une nouvelle figure de diabolisation du M23 : il aurait recruté des shebbabs, des (...)

Depuis plusieurs jours, court, enfle, se répand par de multiples voix, une nouvelle figure de diabolisation du M23 : il aurait recruté des shebbabs, des intégristes musulmans de Somalie, et pour un peu deviendrait la nouvelle antenne d’Al Quaeda au cœur du Kivu.

Morceau d’anthologie, l’article de Colette Braeckman, publié sur son blog. D’après l’armée congolaise, les attaques en cours dans le Beni seraient le fait d’une alliance de Maï Maï et de l’ADF-Nalu ougandaise, nous dit-elle. Mais elle y voit néanmoins confirmation de la prédiction du gouverneur Julien Paluku : celui-ci annonçait que des Shebbabs attaqueraient.

Plus sérieusement, un rapport de l’ONU, daté du 20 juin 2013, décrit les troupes de l’ADF sans évoquer de shebbabs – mais n’en est pas moins ajouté comme éléments à charge. De toutes façons, cette présence serait confirmée par les "services d’informations burundais et ougandais" et par des "sources policières" congolaises.

Mais "d’autres sources policières", interrogées par Braeckman, "mettent également en cause le mouvement M23"… Une "preuve" ? Le chef du département jeunesse du M23, Ali Musagara, serait "de confession musulmane". Il aurait ainsi non seulement des prédispositions pour le djihad international, mais de plus des "facilités pour recruter au sein de sa communauté". Pire encore : "le président de la communauté musulmane du Nord Kivu serait proche du M23"...

La journaliste note entre parenthèses que "la communauté musulmane de Goma connaît une rapide expansion". Ainsi, contre le M23 l’antitutsisme ne suffit plus – il est vrai que la plupart de ses membres ne sont pas Tutsi –, la xénophobie anti-rwandaise marche moyennement – il s’agit manifestement d’un mouvement nationaliste congolais. Alors ils pourraient aussi bien être islamistes ?

Il ne manquait plus que cette plume à l’épouvantail parfait que la propagande dresse par touches pour tenter de justifier de cette guerre injustifiable.

L’Agence d’Information

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/07/2013