11/09/2019

Libérez Maurice Kamto !
La Françafrique ça suffit !
Vive le Cameroun libre !

On connaît mal le Cameroun. Son Président-dictateur, Paul Biya, s’y est fait réélire en 2018 pour la huitième fois, avec plus de 70 % des voix. Des « spécialistes » de la DGSE auront-ils encore une fois facilité qu’on se moque de la volonté populaire, en trafiquant la centralisation électronique des résultats électoraux et en les réinterprétant, de manière à accorder au dictateur ce score ubuesque ?

Nul besoin d’un institut de sondage pour savoir qu’après un demi-siècle de mauvaise gouvernance, à base de pillage néo-colonial et d’enrichissement fabuleux du chef de l’État et de sa famille, classée parmi les plus riches du monde, après un demi-siècle de déni de démocratie et de terreur trop souvent déchaînée, plus personne ne vote pour Biya. Certainement pas, en tout cas, les 70 % déclarés par les résultats électoraux officiels, entachés de tant d’irrégularités qu’on peine à les dénombrer.

On ne connaissait pas Maurice Kamto, mais il aura été le principal candidat d’opposition à ces dernières élections, et l’affluence extraordinaire à ses meetings de campagne aura incité d’autres candidats à se retirer en dernière minute pour reporter leurs voix sur Kamto. Toujours sans institut de sondage, il est vraisemblable que le vote pour ce candidat qui a réussi à rassembler l’opposition ait été en fait très au-delà des 14 % accordés par le comptage officiel. Qui aura eu le plus de voix, du vieux dictateur archi-usé ou du nouveau leader de l’opposition, à la fois charismatique et rassurant, populaire en diable et soulevant l’enthousiasme ?

Kamto aurait osé protester contre ce qu’il a qualifié de « hold up électoral ». Aussitôt Biya l’arrête, avec quelques centaines de ses partisans, parmi lesquels nombre de figures de l’opposition, et défère tout ce beau monde devant un tribunal militaire, lequel se distingue pour appliquer condamnations « à vie ou à mort ». Les analystes prévoient que, dans sa grande clémence, le tribunal de Biya pourrait se contenter de peines de perpétuité…

Le Cameroun est une dictature sous protectorat élyséen depuis son indépendance. Il est temps de tourner la page. Et que Maurice Kamto et ses amis soient libérés sans délai.

Comité pour la libération immédiate de Maurice Kamto et de ses amis

Arrestation de Maurice Kamto
Le 28 janvier 2019, Maurice Kamto, dont le parti avait appelé à des marches non violentes dites "marches blanches" contre la réélection de Paul Biya, est arrêté par les autorités du Cameroun à Douala en compagnie de plusieurs cadres, sympathisants du MRC, journalistes et membres de sa famille au domicile d’Albert Dzongang. Ils sont conduits au GSO (Groupement spécial des opérations) – une unité d’élite de la police –, à Yaoundé.

Maurice Kamto et 145 autres partisans du MRC sont accusés de huit chefs d’inculpation, dont « incitation à l’insurrection », et transférés 14 jours plus tard à la prison centrale de Kondengui.

Illustration : Maurice Kamto after the 2018 Cameroon’s Presidential Election

Mis en ligne par L’Agence d’information
 11/09/2019
 http://www.lagencedinformation.com/125-liberez-maurice-kamto.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

Des plaines aux collines

 Appuyée par les forces des Nations Unies et par les FDLR, la nouvelle offensive loyaliste contre le M23 a failli mettre en danger les populations civiles. (...)

Appuyée par les forces des Nations Unies et par les FDLR, la nouvelle offensive loyaliste contre le M23 a failli mettre en danger les populations civiles. Pour ne pas porter la responsabilité de dérapages éventuels, le mouvement rebelle s’est replié dans les hauteurs, ce qui a fait crier à sa défaite imminente par Kinshasa et par la Monusco.

Supported by the United Nations forces and the FDLR, the new loyalist offensive against the M23 almost endangered civilians. To take no responsibility for any slippage, the rebel movement retreated in the hills, which provoked yelling at his imminent defeat by Kinshasa and Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 30/10/2013

Guerre et paix au Kivu

 Les négociations entre le M23 et le gouvernement de Kinshasa qui devraient se conclure à Kampala avant la fin de ce mois de septembre pourraient bien ouvrir (...)

Les négociations entre le M23 et le gouvernement de Kinshasa qui devraient se conclure à Kampala avant la fin de ce mois de septembre pourraient bien ouvrir de nouvelles perspectives, au-delà du Kivu, pour l’ensemble de la région. Sortir de la nuit des propagandes néo-coloniales pour enfin connaître la paix indispensable au développement nécessaire de cette partie la plus déshéritée de l’humanité. C’est du moins ce qu’on espère.

Negotiations between M23 and Kinshasa government, that should be concluded in Kampala before the end of this September, could open new perspectives, beyond Kivu, for the entire region. Out of the night of neo-colonial propaganda, this most deprived part of the humanity would finally access to the peace required for the necessary development of this part of the world. This is at least what we hope.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 10/09/2013

Fin de partie au Kivu ?

 La France coloniale a engrangé une victoire historique contre le M23, mais évite de s’en vanter. Pourquoi ? C’est qu’il s’agit là d’un triomphe du désir de tous (...)

La France coloniale a engrangé une victoire historique contre le M23, mais évite de s’en vanter. Pourquoi ? C’est qu’il s’agit là d’un triomphe du désir de tous de vivre en paix, qui a procuré à l’ONU et au régime de Kabila une légitimité inespérée, mais qui se trouve être rigoureusement contradictoire avec l’intention de départ de promouvoir la guerre et les divisions pour garantir la domination. Pour que la paix s’impose vraiment, il faudrait maintenant que soit conclu un véritable accord et que le désarmement des FDLR ne soit pas un vain mot. Et que les réfugiés puissent quitter leurs camps et rentrer chez eux, pour que s’engage enfin le seul combat, urgent, contre la misère.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 10/11/2013