Personnes

 Vital Kamerhe  Paul Barril  Ne Muanda Nsemi  Zacharie Badiengila  Sultani Makenga  Denis Mukwege  général Mundos  Colette Braekmann  Martin Kobler  Jacques Foccart  René Abandi  Paul Biya  Christopher Ngoyi  Evariste Boshab  Museveni  Patrick Djembe  Jean-Claude Muyambo  Joao Lourenço  Zita Naramé  Bertrand Bisimwa  Patrice Lumumba  Abdoulaye Yerodia  Kalev Mutond  François Hollande  Alain Gauthier  Mary Robinson  Jean Baillaud  Roger Trinquier  Moïse Tshombé  Jonas Savimbi  Moïse Katumbi  Maurice Kamto  général de Gaulle  Zoé Kabila  Alexis Sinduhije  Gabriel Kyungu  Hervé Ladsous  Bundu Dia Kongo  Ramazani Shadari  James Kabarebe  Pierre Messmer  Mobutu  Lambert Mende  Jason Stearns  Ngobila Mbaka  Donald Trump  Pascal Simbikangwa  Louis Michel  colonel Lacheroy  Laurent Nkunda

Vital Kamerhe

Les articles

5/04/2015

RDC Congo Louis Michel vote Mukwege

Les grands électeurs sont à la manœuvre
A l’approche de 2016, la sortie de la scène politique de Joseph Kabila n’est pas le seul enjeu pour les populations congolaises en quête d’un grand changement. Il faudra aussi bien faire échec à toute tentative d’imposer à nouveau au pays un président qui ne travaillera que pour les intérêts de son clan et de ses parrains étrangers en course pour l’accès facile aux ressources de la RDC As we are approaching 2016, Joseph kabila’s exit of the political scene is not the only stake for the congolese populations, looking for a big change. There will have to be a fight to avoid a new president that will only (...)

Paul Barril

Les articles

Deuxièmes Rencontres de La Nuit rwandaise à Paris

 Le vendredi 18 avril 2014 de 10h à 22h se tiendront les secondes Rencontres de La Nuit rwandaise dans le cadre de la vingtième commémoration du génocide des (...)

Le vendredi 18 avril 2014 de 10h à 22h se tiendront les secondes Rencontres de La Nuit rwandaise dans le cadre de la vingtième commémoration du génocide des Tutsi.

Une journée de débats et d’échanges autour de la participation française au génocide des Tutsi au Rwanda.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/04/2014

Le capitaine Paul Barril incriminé

 Lundi 24 juin 2013, une plainte pour complicité de crime contre l’humanité a été déposée contre Paul Barril, par trois éminentes associations françaises de (...)

Lundi 24 juin 2013, une plainte pour complicité de crime contre l’humanité a été déposée contre Paul Barril, par trois éminentes associations françaises de défense des droits humains : la vénérable Ligue des Droits de l’Homme, fondée lors de l’affaire Dreyfus, en 1898, la non moins importante Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), qui regroupe 178 associations provenant de plus d’une centaine de pays, et Survie, association engagée depuis vingt ans dans la dénonciation des responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi.

En 2004, pour le dixième anniversaire du génocide de 1994, Survie, avec d’autres associations, organisait la commission d’enquête citoyenne qui s’est chargée d’examiner ces responsabilités françaises, et le volumineux rapport issu de ces travaux concluait, en son point 1.15 :

"l’ex-capitaine de gendarmerie Paul Barril apparaît au cœur du dispositif militaire franco-rwandais ; il ne cache pas ses liens avec la mouvance porteuse du génocide, ni qu’il a été présent au Rwanda pendant le génocide ; deux sources sérieuses, Alison Des Forges et Patrick de Saint-Exupéry, indiquent qu’il a signé avec le gouvernement du génocide un contrat “insecticide” (les Tutsi étaient appelés “cafards”) ; il est peu compréhensible que, sur ce point comme sur d’autres, ce militaire semble bénéficier d’une totale immunité ; la Commission ne comprend pas non plus qu’il n’ait pas été entendu par la Mission d’information parlementaire.

Le 24 janvier 2013, Le Parisien publiait un document – saisi par le juge Trévidic lors de perquisitions effectuées aux domiciles de Paul Barril en 2012 –, dans lequel le ministre de la défense du gouvernement intérimaire rwandais (GIR), en date du 27 avril 1994, confirmait son accord pour la fourniture de 1000 hommes destinés à se battre aux côtés des forces armées rwandaises – pendant le génocide. [Voir l’article du Parisien en fin de revue de presse ci-dessous.]

Rappelons que Paul Barril fait également l’objet de plaintes pour son action au Centrafrique en 2002-2003 qui vaut aujourd’hui à son adjoint de l’époque, Jean-Pierre Bemba, d’être déféré devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité. [Voir le dernier document ci-dessous.]

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information

 27/06/2013

Articles référencés

Ne Muanda Nsemi

Les articles

Fin de partie en RDC ?

 Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait (...)

Où l’on signale l’importance de l’accord signé entre les USA et l’Angola, le 17 mai 2017, pour le vingtième anniversaire du renversement de Mobutu. Que Luanda ait aussitôt massé ses troupes à la frontière de la RDC semble confirmer que cet accord, dans lequel Washington invite l’Angola à faire le gendarme de la région, pourrait bien être suivi d’effet. Si c’était le cas, c’est l’ensemble de l’ordre françafricain, avec sa guerre révolutionnaire et ses pseudos "forces de maintien de la paix de l’Onu", qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 1er/06/2017

RDC. Ne Muanda Nsemi serait-il en Angola ?

 Une implication de l’Angola n’est pas à exclure dans les événements du 17 mai. Demeurent à ce jour opaques les circonstances comme les responsabilités et le sens (...)

Une implication de l’Angola n’est pas à exclure dans les événements du 17 mai. Demeurent à ce jour opaques les circonstances comme les responsabilités et le sens de cette attaque qui aura permis, parmi beaucoup d’autres, la libération de Ne Muanda Nsemi, leader politico-religieux, lequel aurait trouvé refuge en Angola. Il est à noter que ceci intervient dans un contexte de tensions entre la RDC et son puissant voisin qui, le 21 mai, mobilisait ses troupes le long de la frontière.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 25/05/2017

Zacharie Badiengila

Les articles

25/05/2017

RDC. Ne Muanda Nsemi serait-il en Angola ?

L’évasion de masse de la prison de Makala aurait servi d’écran à l’exfiltration du chef spirituel de Bundu Dia Kongo
Une implication de l’Angola n’est pas à exclure dans les événements du 17 mai. Demeurent à ce jour opaques les circonstances comme les responsabilités et le sens de cette attaque qui aura permis, parmi beaucoup d’autres, la libération de Ne Muanda Nsemi, leader politico-religieux, lequel aurait trouvé refuge en Angola. Il est à noter que ceci intervient dans un contexte de tensions entre la RDC et son puissant voisin qui, le 21 mai, mobilisait ses troupes le long de la (...)

Sultani Makenga

Les articles

RDC/Kasaï. Le bataillon « gris » de Kananga

 Deux régiments aux ordres du général Kahimbi mènent la répression dans la province centrale du pays. Ordre de mission, comme à Beni : tuer les civils. Les (...)

Deux régiments aux ordres du général Kahimbi mènent la répression dans la province centrale du pays. Ordre de mission, comme à Beni : tuer les civils.

Les exactions contre les populations s’intensifient et un autre massacre a été perpétré à Tshisuku.

Les nouveaux rebondissements dans la presse internationale et congolaise indiquent le gouvernement comme possible commanditaire de l’assassinat des experts des l’ONU.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 10/05/2017

RDC : Le retour du M23

 Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle (...)

Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle et Kinshasa – notamment leur rapatriement conforme aux clauses des protocoles signés, le retour des réfugiés et la démobilisation des groupes armés sévissant à l’Est –, les combattants du général Sultani Makenga ont pour la plupart quitté leurs camps près de Kampala et sont rentrés au pays. Une action qui se voulait, au début, démonstrative et inoffensive…

Having enough of waiting for the government to respect the commitments made on December 12 2013 in Nairobi, which followed the cessation of hostilities between the rebel movement and Kinshasa - including their repatriation in accordance with the signed protocols, the return of refugees and the demobilization of groups Armed fighters in the east -, most of the fighters of General Sultani Makenga have left their camps near Kampala and returned home. An action which at first was meant to be demonstrative and harmless ...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/02/2017

Denis Mukwege

Les articles

5/04/2015

RDC Congo Louis Michel vote Mukwege

Les grands électeurs sont à la manœuvre
A l’approche de 2016, la sortie de la scène politique de Joseph Kabila n’est pas le seul enjeu pour les populations congolaises en quête d’un grand changement. Il faudra aussi bien faire échec à toute tentative d’imposer à nouveau au pays un président qui ne travaillera que pour les intérêts de son clan et de ses parrains étrangers en course pour l’accès facile aux ressources de la RDC As we are approaching 2016, Joseph kabila’s exit of the political scene is not the only stake for the congolese populations, looking for a big change. There will have to be a fight to avoid a new president that will only (...)

Les articles

23/07/2020

RDC : La communication est une arme de guerre (1)

Est de la RDC : Le jeu d’International Crisis Group et le M23
 « Le journalisme embedded se développe et les tink-thanks suivent. »
L’action psychologique et la manipulation sont au centre de la stratégie de l’insécurité et de la violence contre les civils, que le régime intensifie sur l’arc oriental du pays Dans son dernier rapport du 15 juillet intitulé République démocratique du Congo : en finir avec la violence cyclique en Ituri, l’Ong International Crisis Group (ICG) affirme : « Certains membres de l’ancien mouvement rebelle M23 installés en Ouganda seraient, selon les services de sécurité congolais… impliqués dans les violences actuelles en Ituri. En décembre 2017, lorsque débutent les violences dans la province, des éléments (...)
11/09/2019

Libérez Maurice Kamto !

Paul Biya, « vieux dictateur archi-usé »
 Le « hold up électoral » camerounais
Libérez Maurice Kamto ! La Françafrique ça suffit ! Vive le Cameroun libre !
31/01/2019

Carnage au bord du grand fleuve

L’un des plus grands massacres de l’ère Kabila
 Yumbi, Bongende, Nkola et Yoka
Du 16 au 18 décembre, 890 personnes ont été tuées à l’arme automatique en moins de 48 heures à Yumbi, dans la province de Maï Ndombe frontalière avec la République du Congo. Les assaillants, arrivés de Kinshasa et d’un village limitrophe, encadraient les membres d’une communauté locale. L’un des plus grands massacres de l’ère Kabila a été déguisé en conflit ethnique alors que le mobile politique ne fait pas de doute. Le gouverneur de la province, proche du régime, est indiqué comme l’organisateur de cet acte de génocide visant la communauté (...)
22/01/2018

Dernière heure : Répression sanglante à Kinshasa

100 manifestants arrêtés et torturés dans la maison du frère du Président Kabila
On apprend à l’aube de ce 22 janvier qu’une centaine de personnes manifestant pacifiquement avec le curé et les prêtres de la paroisse St Christophe, à Kinshasa/Ngaliema/Quartier Anciens Combattants, ont été arrêtées et acheminées par la Garde républicaine (GR) à la résidence de Zoé Kabila où ils seraient actuellement torturés à mort. Les prêtres ont tous leurs vêtements déchirés. "Le régime sanguinaire s’affole !" conclut notre informateur qui appelle à une réaction urgente de l’opinion internationale. "Il y a déjà des morts." L’information provient du représentant congolais de la FIDH. Quant à Zoé Kabila, (...)

RDC : Appel urgent au Président Macron

 Aujourd’hui, on tue à Kinshasa. C’est à la mitrailleuse que l’armée tire sur la foule descendue dans les rues pour contester le régime de Joseph Kabila (...)

Aujourd’hui, on tue à Kinshasa.

C’est à la mitrailleuse que l’armée tire sur la foule descendue dans les rues pour contester le régime de Joseph Kabila prolongé au-delà de son deuxième mandat sans même un simulacre d’élection.

Rappelons, Monsieur le Président, que cette répression intervient moins d’un an après l’ouverture, en juillet, d’un centre de formation pour les hauts gradés de l’armée rdcongolaise, formation aux techniques de contre-insurrection assurée par des instructeurs français.

Depuis plusieurs années, dans ce pays ravagé par la misère, on a pu voir l’action délétère du général Baillaud, instrumentalisant diverses milices et bandes armées à seule fin de déstabilisation, ceci prenant des proportions effrayantes, d’abord au Kivu, et maintenant au Kasaï, où les sbires de Kabila ne reculent devant aucun des sales procédés de la « guerre révolutionnaire » chère à l’armée française depuis les années 50.

Nous demandons ici solennellement le rappel du général Baillaud, ainsi que la fermeture immédiate de cette école militaire criminelle ouverte à Kinshasa sous votre responsabilité.

Nous dénonçons aussi le fait que la France – et l’Espagne [1] – aient osé bloquer toute protestation européenne, de même que la France paralyse l’ONU sur ce dossier depuis bien longtemps.

Nous demandons que la France renonce à sa fonction de « penholder » [2] au Conseil de sécurité, et rappelle au besoin son ambassadeur auprès de cet organisme, afin de permettre à la communauté internationale de regarder la situation plus impartialement.

L’Agence d’Information
La Nuit rwandaise

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/01/2018

Que se passe-t’il au Congo RDC ?

 RDC - Répression des marches citoyennes, attaquées par des tirs de gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles par l’armée et la police nationale congolaise. (...)

RDC - Répression des marches citoyennes, attaquées par des tirs de gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles par l’armée et la police nationale congolaise.
L’AFP et l’ONU parlent d’au moins 5 morts et 33 blessés.
Internet et les principaux réseaux de téléphonie mobile sont coupés.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 21/01/2018

Sites Web

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus