3/07/2013

Evasions de prison, apparitions de nouveaux fronts politico-militaires : les adversaires du pouvoir de Joseph Kabila se multiplient, à l’heure où l’ONU prétend le renforcer.

Jailbreaks, emergence of new political and military fronts, opponents of Joseph Kabila multiply, at a time when the UN claims to strengthen it.

02/06/2013

Ce matin à 4h, la prison Kangwayi de Beni, dans le Nord Kivu, a été attaquée par un groupe de combattants désignés comme Maï Maï par la radio des Nations unies Okapi, qui en relaie l’information.

Après avoir affirmé que « les miliciens étaient armés de machettes, de couteaux et de quelques armes individuelles », l’émetteur onusien fait état d’« une résistance des forces de sécurité » aux ordres du colonel Richard Bisimaza, commandant du 1er secteur des Forces armées de la RDC (FARDC).

Néanmoins… 250 détenus se sont évadés, puis rendus insaisissables avec les assaillants, environ une centaine.

Quelques heures plus tard, à Kinshasa, les prisonniers de Makala, parmi lesquels nombreux opposants politiques, se sont révoltés pour protester contre la violation de leurs droits par le directeur de l’établissement, un haut gradé des FARDC. Les policiers et les militaires intervenus pour réprimer le soulèvement ont lancé une grande quantité de gaz lacrymogènes dans le périmètre de la prison.

48 h auparavant au pénitencier de Munzenze, à Goma, capitale du Nord Kivu, une tentative d’évasion de 500 prisonniers, des militaires pour la plupart, qui réclamaient leurs soldes arriérés et protestaient contre la lenteur de leurs procédures judiciaires, a été maîtrisée par l’Armée.

Plus inquiétant pour les autorités, l’épisode de Beni pourrait signifier l’ouverture d’un nouveau front dans le “Grand Nord” du Nord Kivu, alors que les territoires de Bunagana et Rutshuru, dans la partie méridionale de la province, sont sous contrôle de la rébellion du M23. Si l’identité des assaillants de Kangwayi n’est pas certaine, ceux-ci pourraient appartenir, selon une source locale, à l’Union pour la réhabilitation de la démocratie du Congo (URDC) du Général Hilaire Kombi, qui recrute dans la communauté Nande, majoritaire dans la province, et est soutenu par de nombreux hommes d’affaires et politiques locaux.

Il y a six jours, à Butembo, dans le “Grand Nord”, les autorités à la recherche de Kombi avaient fait perquisitionner la maison de l’opposant Mbusa Nyamwisi, président du RCD-K-ML, actuellement en exil en Afrique du Sud, et qui a récemment vu invalidé, pour absentéisme, son mandat à l’Assemblée nationale.

L’URDC, dont les membres sont en majorité issus de l’ancienne branche militaire du RCD-K-ML, est également alliée à l’Union des patriotes du Congo pour la paix (UPCP) du Général Sikula Lafontaine, un groupe politico-militaire qui agit dans les territoires limitrophes de Lubero et de Bunyatenge.

Dimanche dernier, par ailleurs, les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu ont occupé les localités de Mamundioma et de Totolito situées à 45 Km de Beni.

[Source : l’Agence d’Information]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 3/07/2013
 https://www.lagencedinformation.com/015-un-nouveau-front-au-nord-kivu.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

Voir aussi

RDC : Nouveau crime d’Etat ?

 Deux experts de l’Onu et les quatre Congolais qui les accompagnaient ont été retrouvés morts depuis quatre jours. Mais le gouvernement et la MONUSCO cachent (...)

Deux experts de l’Onu et les quatre Congolais qui les accompagnaient ont été retrouvés morts depuis quatre jours. Mais le gouvernement et la MONUSCO cachent soigneusement la nouvelle.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 17/03/2017

Pour la libération de Laurent Nkunda

 Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la (...)

Cinq ans après la mise en résidence surveillée au Rwanda – et dans une situation de non-droit –, de l’homme qui, seul, avait esquissé un dessein de paix pour la région des Grands Lacs, on revient sur les causes de la déstabilisation dans l’Est de la RDC, que les acteurs occidentaux de la crise congolaise persistent à ignorer, et auxquelles en revanche le président du CNDP avait voulu s’attaquer au prix de sa liberté. Pour cela, son élargissement demeure une étape fondamentale pour le rétablissement de la stabilité et la fin des violences.

Five years after the house arrest in Rwanda – and in a situation of lawlessness –, of the man who alone had sketched a plan for peace in the Great Lakes region, the debate reopens on the causes of the destabilization in eastern DRC, that the Western actors of the Congolese crisis continue to ignore, and which on the other hand the President of CNDP wanted to address, at the cost of his freedom. His enlargement is a fundamental step towards the restoration of stability and an end to violence.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/01/2014

Après Nairobi, Kinshasa reste constant dans son intolérance

 Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée (...)

Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée régulière des FARDC, le gouvernement congolais recourt à l’intox et accuse le M23, avec lequel il vient pourtant de signer les protocoles de Nairobi. Une mauvaise manière d’entamer le processus de paix.

After a new offensive of the Ugandan rebels in the east of the country, which once again highlighted the incapacity to fight on behalf of the regular army of the FARDC, the Congolese government resorts to disinformation and accuses M23, with which it has nevertheless just signed the protocols of Nairobi. A bad way of beginning the peace process.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 28/12/2013