Un exemple de la confusion entretenue au Kivu

18/08/2013
18/08/2013

Ci-dessous un document : il s’agit d’un article de Radio Okapi, l’agence d’information de l’ONU spécialisée sur la crise des Grands Lacs. A relever la légende de la photo qui illustre cet article, qui incrimine le M23 alors que l’article rend compte des déplacements de population qui sont le résultat d’affrontements entre FDLR et Maï Maï. Dans la légende de la photo, le M23 est simplement substitué aux FDLR. De même, le titre de l’article parle de "rebelles rwandais" laissant planer l’ambiguïté, le M23 étant généralement qualifié de "rebelles", et associés au Rwanda. Le glissement sémantique est subtil, mais caractéristique du traitement de l’information dans cette affaire du Kivu.

Nord-Kivu : des déplacés fuient les combats entre miliciens Maï-Maï et rebelles rwandais

Légende de la photo illustrant cet article ;

Des déplacés fuient les affrontements entre FARDC et les rebelles du M23 à Rutshuru et se dirigent vers Goma

Des déplacés arrivent depuis trois jours à Bulewusa, Miriki et Kanyabayonga, dans le Nord-Kivu, ont indiqué vendredi 16 août des sources administratives de ces localités. Ils fuient les attaques menées par des miliciens Maï-Maï Nduma defense of Congo (NDC) de Cheka contre les positions des rebelles rwandais des FDLR à proximité de leurs villages, dans le territoire de Walikale, à plus de 150 Km au nord de Goma. De son côté, la société civile locale juge préoccupante la situation humanitaire sur place.

Ces populations proviennent de plusieurs villages des groupements Kishimba et Ikobo, dans le territoire de Walikale. N’ayant pas encore été recensés, leur nombre exact n’est pas connu.

Ils vivent dans des familles d’accueil, dans des conditions précaires, et manquent notamment de nourriture, selon la société civile.

Par ailleurs, certains sont contraints de passer la nuit à la belle étoile suite à la promiscuité dans les habitations, essentiellement des cases.

La société civile du territoire de Lubero plaide pour que les organisations humanitaires volent urgemment au secours de ces populations déplacées, en attendant la réaction du gouvernement congolais.

Le territoire de Walikale regorge d’importants sites miniers investis pas différents groupes armés qui s’en disputent le contrôle.

Début août, des combats ont opposés l’armée à la milice Maï-Maï NDC de Cheka près des sites miniers d’Angoa et de Kabombo, forçant la population de ces localités, essentiellement des creuseurs artisanaux, à fuir pour échapper à ces violences.

Ces miliciens Maï-Maï, basés à Pinga, toujours dans le Nord-Kivu, sont très actifs dans le territoire de Walikale d’où ils sont originaires.

Source : [Radio Okapi]

Mis en ligne par L’Agence d’information
 18/08/2013
 https://www.lagencedinformation.com/038-un-exemple-de-la-confusion.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

 En images

Voir aussi

ADF, FDLR : Les contrevérités de Mende

 Deux cartes officielles parvenues à l’Agence d’information dévoilent la désinformation gouvernementale sur les dossiers de Beni et du désarmement des FDLR (...)

Deux cartes officielles parvenues à l’Agence d’information dévoilent la désinformation gouvernementale sur les dossiers de Beni et du désarmement des FDLR

Two official maps have been sent to L’Agence d’information, that unveil the governmental misinformation about the Beni events and the disarmament of the DFLR

Mis en ligne par L’Agence d’information

 29/12/2014

Le feu et la machette

 Depuis 9 ans jour par jour, l’acte de génocide de Gatumba, dont les responsables courent toujours, évoque la tragédie congolaise d’un Etat bâti sur la haine (...)

Depuis 9 ans jour par jour, l’acte de génocide de Gatumba, dont les responsables courent toujours, évoque la tragédie congolaise d’un Etat bâti sur la haine raciale et dont les raisons semblent aujourd’hui partagées par les grandes puissances et les hautes instances des Nations Unies

Today, exactly 9 years ago, day by day, the Gatumba massacre, an act of genocide, was a Congolese tragedy whose perpetrators are still at large. The tragedy is the image of a state built on hatred and racial division, which seems today to be shared by the Western powers and the top executives as well as the entire structure of United Nations.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 13/08/2013

Collaboration entre les forces génocidaires (FDLR) et la Brigade (...)

 "Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces (...)

"Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avec lesquels, d’après les informations crédibles, fiables et détaillées dont dispose le Gouvernement rwandais, ils ont évoqué différentes formes de collaboration tactique et stratégique. Leurs agissements, qui laissent entendre qu’ils favorisent l’un des groupes armés dont ils sont censés décourager les activités militaires, sont très préoccupants."

Mis en ligne par L’Agence d’information

 17/07/2013