23/08/2014

Nouvellement nommé représentant spécial pour les Grands Lacs par le Secrétaire général des Nations Unies, l’algérien Saïd Djinnit entame sa première tournée régionale. Au menu de ses rencontres, les grands dossiers inachevés d’une crise longue de vingt ans : le démantèlement des FDLR, le retour des réfugies congolais, l’application des accords d’Addis-Abeba et des protocoles de Nairobi et la réforme de l’armée de la République démocratique du Congo.

Newly appointed Special Representative for the Great Lakes by the UN Secretary General, Algerian Saïd Djinnit begins his first regional tour. On the menu of its meetings, the main issues of a long unfinished crisis since twenty years : the dismantling of the FDLR, the return of Congolese refugees, the application of the Addis Ababa agreements and Nairobi protocols, and the reform of Democratic Republic of Congo army.

Depuis mercredi 20 août, le diplomate algérien Saïd Djinnit est dans son bureau de Nairobi, au Kenya, d’où il va se rendre à Addis-Abeba (Ethiopie), siège de l’Union Africaine (UA), les 25 et 26, et à Kinshasa (RDC), les 28 et 29, avant de poursuivre sa première mission à Kampala (Ouganda) et Kigali (Rwanda). Il s’occupera également d’organiser « une rencontre de planification et de lancement de la mise en œuvre des protocoles de Nairobi », écrit l’AFP en citant une déclaration de Bertrand Bisimwa, président du M23, l’ancienne rébellion congolaise.

Sa nomination en tant qu’envoyé spécial pour la région des Grands Lacs a été annoncée par un communiqué des Nations Unies le jeudi 17 juillet dernier. Trois jours auparavant, l’ancienne présidente irlandaise, Mary Robinson, quittait cette fonction et était promue envoyée spéciale pour le changement climatique. Considérée comme une pragmatique, peu encline à la langue de bois diplomatique, celle qu’on a pu appeler la dame fer a fini par jeter l’éponge, consternée par l’absence de volonté, assumée de la part des autorités de la République démocratique du Congo, de remplir leurs engagements découlant de l’accord cadre d’Addis-Abeba du 24 février 2013 et des protocoles de Nairobi du 12 décembre 2012.

Ces pressions, exercées vainement sur Kabila afin, d’une part, qu’il respecte l’engagement de démobilisation des FDLR – ses alliés dirigés par des anciens génocidaires de 1994 qui continuent à commettre des atrocité dans l’Est du pays –, et, d’autre part, qu’il avance sur la réforme du secteur de la sécurité, déplaisaient aux alliés de Kinshasa. Parmi ceux-ci, la France a ainsi vu d’un bon œil le départ de la dame pour d’autres destinée et, à la mi-juillet, François Delattre, le nouveau représentant du « pays des droits de l’homme » à l’ONU, a imposé, en marge d’une réunion du Conseil de Sécurité, la candidature de Saïd Djinnit. Selon le correspondant de l’Agence d’information à New York, cette initiative a été conçue dans les coulisses par Hervé Ladsous, le tout-puissant patron français du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP). « Maintenant, on va mettre un homme à nous », se serait exclamé ce dernier devant Delattre. Puis, tout s’est conclu avec l’acte de formalisation du secrétaire général Ban Ki-Moon entérinant cette nomination. Et peu importe la procédure selon laquelle la proposition d’une telle nomination aurait dû être plutôt le fait du Département politique, au lieu que du DOMP.

Saïd Djinnit était en effet depuis 2008 le représentant spécial de Ban Ki-Moon pour l’Afrique de l’Ouest. Là – et à la faveur d’une entente franco-algérienne de plus en plus cordiale (et aux effets pas moins discutables) dans la gestion de la crise sahélienne –, il a ponctuellement secondé la diplomatie de Paris. Qu’en sera-t-il dans les Grands Lacs, où le fait de se présenter avec le profil d’un commis de Ladsous ne laisse pas forcement présager des œuvres de paix ?

Le nouvel envoyé spécial de l’ONU dans la région des Grands Lacs sait qu’il a à traiter le dossier des FDLR avant tout. Il y a deux jours, les leaders de la Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC) demandaient l’engagement des Nations unies pour que les rebelles hutu rwandais soient enfin démobilisés et déplacés en dehors du Kivu, la province de la RDC frontalière avec le Rwanda. Une telle prise de position est un camouflet pour la Tanzanie et l’Afrique du Sud, deux pays qui soutiennent les FDLR et leur revendication ubuesque de se faire accepter comme interlocuteur politique par Kigali avant tout processus de désarmement. Or, la France étant promotrice de cette idée de dialogue inter-rwandais qui voudrait que les anciens adeptes de la machette soient assis à la table des négociations, quel parti prendra Djinnit ? En d’autres termes : aura-t-il une attitude conséquente face aux grands défis qui se posent ou sera-t-il plutôt otage d’une position préétablie par ceux qui l’on propulsé à sa fonction ?

L’agence d’information

Dernière dépêche suivant celle du 18/08 : Crimes de guerre en RDC

Citons un flash du 20 août d’Elie Mutela Wa Mutela, directeur de cabinet du président Bisimwa du M23

« Après le communiqué signé par le Président du M23, le Camarade Bertrand Bisimwa, le 17 aout 2014, dans lequel il a dénoncé la détention des membres du M23 et l’assassinat des militaires de l’ex-CNDP, la Monusco et la CIRGL (Conférence internationale de la région des Grands Lacs) ont enfin visité ce mercredi 20 août 2014 les prisonniers du M23 à la prison centrale Munzenze de Goma.

Ces derniers sont détenus après avoir fait leur retour volontaire au pays. La plupart d’entre eux ont signé la fiche d’identification et d’acceptation de l’amnistie. A l’issue de cette visite, cette délégation de la Monusco et de la CIRGL a précisé qu’un nombre de 17 militaires et 19 civils sont jusqu’à ce jour détenus dans la prison Munzenze de Goma.

Espérons que ceux qui demeurent au cachot de l’ANR (Agence nationale de renseignement) bénéficieront également de cette visite, sans oublier ceux qui sont détenus dans les différentes prisons de Kinshasa. Nous souhaitons aussi que l’enquête soit ouverte sur les militaires ex-CNDP récemment exécutés du fait d’être soupçonnés de collaborer avec le M23. »

Illustration : Saïd Djinnit, Visit to NATO of the African Union Commissioner for Peace and Security, 2007, NATO Media Library.

Mis en ligne par L’Agence d’information
 23/08/2014
 https://www.lagencedinformation.com/071-un-envoye-tres-special.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

Voir aussi

Les rafles de Tutsi continuent à Goma

 Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), (...)

Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), as the arrest of men and women "looking as Tutsi" keep going on, under the eyes of Monusco.

Le nettoyage ethnique se poursuit à Goma et dans l’est-Congo. Les banyamulenge, Tutsi autochtones, sont mis à l’écart des forces armées congolaises (FARDC), et les arrestation d’hommes et de femmes "à l’apparence Tutsi" se poursuivent, sous les yeux des soldats de la Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/06/2013

RDC : Management par la terreur

 Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes. (...)

Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 1000 victimes.

Alors que les violences font depuis quelque mois tâche d’huile dans les territoires de Lubero, Walikale, Rutshuru et Masisi, où les différentes communautés s’affrontent par milices interposées, la responsabilité du pouvoir et de ces relais locaux émergent dans l’orchestration des atrocités.

Un désordre entretenu en forme de diversion, pendant que le président Kabila prépare son maintien illégal au sommet de l’Etat au-delà du délai constitutionnel du 19 décembre 2016.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 8/05/2016

Dernière heure : Répression sanglante à Kinshasa

 On apprend à l’aube de ce 22 janvier qu’une centaine de personnes manifestant pacifiquement avec le curé et les prêtres de la paroisse St Christophe, à (...)

On apprend à l’aube de ce 22 janvier qu’une centaine de personnes manifestant pacifiquement avec le curé et les prêtres de la paroisse St Christophe, à Kinshasa/Ngaliema/Quartier Anciens Combattants, ont été arrêtées et acheminées par la Garde républicaine (GR) à la résidence de Zoé Kabila où ils seraient actuellement torturés à mort. Les prêtres ont tous leurs vêtements déchirés. "Le régime sanguinaire s’affole !" conclut notre informateur qui appelle à une réaction urgente de l’opinion internationale. "Il y a déjà des morts."

L’information provient du représentant congolais de la FIDH. Quant à Zoé Kabila, c’est le frère du Président, à la tête d’un empire financier fruit de la prédation des ressources naturelles et budgétaires et dont le trésor se trouve dans les paradis fiscaux.

L’Agence d’information

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/01/2018