RDC Congo Chaos en gestation à l’Est

30/03/2015
30/03/2015

Derrière l’opération, les réseaux d’élite politico-économiques liés au gouvernement et certains haut gradés proches de la maison militaire du chef de l’Etat.

DRC Congo Chaos in gestation in the East

A coalition of armed groups has been created in the North Kivu

Behind this operation, the networks of the economic and politic elite linked to the government and some high rank officers which are closely related to the military house of the head of state

30/ 03 / 2015
Deux semaines après la naissance d’une coalition de milices opérant dans le Nord Kivu, dans l’Est de la république démocratique du Congo (RDC), les objectifs de cette nouvelle alliance ne sont pas clairs alors que les violences et l’insécurité progressent avec les déplacements des populations.
Selon nos informations, venant surtout de l’asbl (association sans but lucratif) Action pour la protection des droits humains et du développement communautaire (APDHUD), de notre correspondant au Nord Kivu et d’une source proche de la présidence de la république, le promoteur de cette initiative est le général autoproclamé Janvier Buingo Karairi, leader de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS). Ce mouvement - issu en majorité de la communauté hunde - s’est mis en évidence pendant la guerre du 2012/2013 en participant aux combats contre le M23 à coté de l’armée régulière (FARDC), de la Brigade des NU et des FDLR.
La cérémonie de ralliement de ces groupes a eu lieu le 16 mars dernier à Remeka, dans le territoire de Masisi. Avec l’APCLS, étaient présents le Maï Maï Kifuafua, les Maï Maï Kirikicho et les Raia Mutomboki de Kalehe et de Walikale. D’autres « invités », comme les Maï Maï Simba et les Kifuafua de Walowaloanda, ne se sont pas rendus à la rencontre à cause de divergences sur l’attribution des postes dans l’organigramme de la coalition. Le général autoproclamé Maachano, Maï Maï Kifuafua de l’ethnie Tembo, a été nommé commandant de l’alliance et Karairi son second. Le rôle de chef d’Etat major a été attribué à Katabilao, un chef milicien mutembo venant d’Ufamandu, toujours dans le Masisi.

Toutes ces bandes armées, responsables de nombreuses exactions, atrocités et kidnapping contre les populations civiles, agissent comme support militaire des réseaux d’élites politico-économiques de la province, dont certains membres siègent au parlement et dans le gouvernement. De surcroît, « divers acteurs politiques se rallient à ces groupes armés pour se positionner et cela dans le cadre d’un véritable trafic d’influence », déclare l’un des membres de l’aslb APDHUD.
Pendant la réunion de Remeka, qui a été établie à siège de l’Etat-major, les participants ont affiché parmi les objectifs de la coalition la revendication des accords pris dans le passé avec le gouvernement, la lutte « contre toute agression des Rwandophones » et contre les « attaques des forces gouvernementales », l’exploitation des « minerais dans leurs zones respectives afin de se ravitailler en armes et munitions », et « préparer et accompagner les politiciens de leur communauté pendant les échéances électorales ».

Selon notre source proche de la présidence de la république, la réussite de l’initiative prise par Janvier Karairi est due aux liens de son mouvement, l’APCLS, qui est l’une des milices de l’Est parmi le plus soutenues sur le plan politique local et national. Au Nord-Kivu, on cite parmi ses parrains le vice-gouverneur Feller Lutahichirwa et le général Akili Muhindo, dit Mundos, les deux appartenant à la même communauté hunde.

Feller
Général Mundos
Janvier Karairi (APCLS)

Trois jours après la constitution de l’alliance et selon Magloire Paluku de Radio Kivu 1, des combats ont opposé dans le territoire de Walikale les FARDC aux troupes de Karairi qui agissent en connivence avec les rebelles hutu rwandais des FDLR. Ces dernières ont fait à nouveau leur apparition à Masisi, où elles ont réoccupé les villages auparavant abandonnés suite à des accords pris avec l’armée régulière. Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, « les habitants du territoire de Masisi n’ont plus accès à leurs champs et la plupart d’entre eux ont abandonné leurs habitations afin de trouver refuge dans les grandes cités de Rutshuru ».
L’Agence d’information reviendra sur ces événements pour une analyse de ce chaos en gestation en relation aux échéances électorales et à la stratégie du chef de l’Etat pour se maintenir au pouvoir après 2016.

Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 30/03/2015
 https://www.lagencedinformation.com/089-rdc-congo-chaos-en-gestation-a-l.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

 En images

Zip 292.5 ko

 general_mundos.zip

Zip 166.1 ko

 feller.zip

Voir aussi

Après Nairobi, Kinshasa reste constant dans son intolérance

 Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée (...)

Après une nouvelle offensive des rebelles ougandais dans l’Est du pays, qui a encore une fois mis en évidence l’incapacité de se battre de la part de l’armée régulière des FARDC, le gouvernement congolais recourt à l’intox et accuse le M23, avec lequel il vient pourtant de signer les protocoles de Nairobi. Une mauvaise manière d’entamer le processus de paix.

After a new offensive of the Ugandan rebels in the east of the country, which once again highlighted the incapacity to fight on behalf of the regular army of the FARDC, the Congolese government resorts to disinformation and accuses M23, with which it has nevertheless just signed the protocols of Nairobi. A bad way of beginning the peace process.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 28/12/2013

La terreur et l’imposture

 L’attitude belliciste et cynique du gouvernement congolais et de la France qui le soutient risque d’embraser la région des Grands Lacs. La seule possibilité (...)

L’attitude belliciste et cynique du gouvernement congolais et de la France qui le soutient risque d’embraser la région des Grands Lacs. La seule possibilité d’éviter l’internationalisation de la guerre à l’Est de la RDC demeure dans le maintien de la pression médiatique, diplomatique et militaire sur la coalition contre-nature qui réunit une partie des Nations Unies, l’armée congolaise et les forces génocidaires.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 3/09/2013

Silence inquiétant sur le front de Masisi

 Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours (...)

Trois mois et demi après la fin des hostilités entre le gouvernement et le M23, la guerre, la violence des milices et l’épuration ethnique sont toujours d’actualité au Nord-Kivu. Les tueries de civils rwandophones, à Nyamaboko, et des militaires FARDC, à Bukombo, par une coalition de groupes extrémistes qui ont le soutien des autorités de la province, ne sont pas mentionnées dans la presse nationale, ni dans les déclarations officielles de Kinshasa, la Monusco se limitant à un communiqué laconique. Cette attitude trahit les responsabilités du pouvoir qui rechigne à se débarrasser des faucons responsables de l’insécurité et de la haine ethnique dans cette région orientale de la République démocratique du Congo.

Three and a half months after the end of hostilities between the government and the M23, war, militia violence and ethnic cleansing are still current in North Kivu. The killing of rwandophones civilians, in Nyamaboko, and Fardc soldiers in Bukombo, by a coalition of extremist groups supported by the authorities of the province, are not mentioned in the national press or in Kinshasa’s official statements, Monusco issuing no more than a terse statement. This attitude betrays the responsibilities of power that is reluctant to get rid of hawks responsible for insecurity and ethnic hatred in the eastern region of the Democratic Republic of Congo.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/02/2014