1998 : Appel à la haine anti-Tutsi par Abdoulaye Yerodia

21/10/2013
21/10/2013

En 1998, Abdoulaye Yerodia Ndombasi, alors Ministre des Affaires étrangères de Laurent Désiré Kabila, tenait des discours très virulents, appelant les Congolais à "l’auto-défense", les encourageant à exterminer les populations congolaises et étrangères désignées comme agresseurs ou soutiens "infiltrés" des agresseurs – les rwandophones et les Tutsi (rwandais et congolais).

"Des microbes qu’il faut qu’on éradique avec méthode", peut-on entendre dans cette video retrouvée parmi les archives de Youtube. Le nouveau Goebbels enjoignait ses compatriotes à « l’élimination de la vermine » tutsi.

Ce véritable appel à l’extermination sera entendu lorsque plusieurs centaines de tutsi sont massacrés dans le pays, dont plus de 500 à Kinshasa. « Les Tutsi risquent de connaître la triste expérience des Juifs : ils sont perfides, brutes, rancuniers et sanguinaires », expliquait le directeur de cabinet de Laurent-Désiré Kabila, grand prophète de la guerre des races.

Quelques années plus tard, en 2006, Yerodia réitérait ses appels à la haine, prévenant les Tutsi, lors d’un meeting à Goma : « Si vous ne retournez pas chez vous, on vous mettra des bâtons dans le derrière pour s’assurer que vous partiez. » (Bakchich.info)

Propos qui rappellent ceux des génocidaires rwandais, qui ont abouti au crime de 1994.

Ils nous rappellent que la haine anti-Tutsi – et plus largement, contre les populations rwandophones congolaises – s’est durablement installée en République Démocratique du Congo depuis l’indépendance et a souvent été instrumentalisée, avec succès, par le pouvoir.

Jamais aussi bien toutefois que sous la houlette de Yerodia.

La rhétorique raciste s’est systématisée ces dernières années suite aux rebellions armées menées par le CNDP puis le M23. A Kinshasa, la capitale, mais aussi à Goma et Bukavu, dans les Sud et Nord Kivu, des groupes se disant représentatifs de la "société civile", des médias (radios et sites internet) ou encore des responsables politiques ne prennent parfois même plus la peine de dissimuler leur appel à la haine envers les populations congolaises rwandophones.

Abdulaye Yerodia n’aura échappé aux poursuites de la justice internationale que grâce à l’immunité diplomatique dont il a pu bénéficier en étant un temps ministre des affaires étrangères. Aujourd’hui, c’est en tant que vice-président de Joseph Kabila qu’il évite d’être poursuivi pour crimes contre l’humanité.

Abdoulaye Yerodia Ndombasi sur Trials.ch : Profile 994

Mandat d’arrêt international émis le 11 avril 2000 par un juge d’instruction Belge. Ordre d’annulation du mandat d’arrêt émis par la Cour Internationale de Justice le 14 février 2002 au motif que son immunité empêche toute procédure d’inculpation émanant d’une juridiction étrangère.

Catégories de crime :
Crimes contre l’humanité
Atteinte à la vie
Atteinte à la liberté
Autres persécutions et apartheid

• Court montage - à but informatif et d’archive - effectué à partir d’une vidéo trouvée sur YouTube... et publiée le 12 juillet 2012. Source non précisée (apparemment un reportage de télévision). N’hésitez pas à renseigner la source si vous la connaissez.

Mis en ligne par L’Agence d’information
 21/10/2013
 http://www.lagencedinformation.com/046-1998-appel-a-la-haine-anti-tutsi.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

Voir aussi

René Abandi : « La France est à la tête d’un axe qui prône la solution militaire (...)

 René Abandi est le ministre des Affaires étrangères du M23 et le chef de la délégation de son mouvement présente à Kampala, en Ouganda, où se déroulent les (...)

René Abandi est le ministre des Affaires étrangères du M23 et le chef de la délégation de son mouvement présente à Kampala, en Ouganda, où se déroulent les pourparlers de paix avec Kinshasa. Après l’avoir joint par téléphone à Nairobi, au Kenya, où il a été invité comme observateur du M23 à la réunion en cours de la conférence internationale de la région des Grands Lacs, il a bien voulu accorder une interview à l’Agence d’Information.

Cette haute personnalité de l’opposition politico-militaire au gouvernement de la République démocratique du Congo confirme l’engagement de son mouvement dans la recherche d’une voie pacifique pour un arrêt définitif des combats. Mais il dénonce en même temps la volonté de reprendre la guerre de la part de Kinshasa et de la MONUSCO.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 2/08/2013

Collaboration entre les forces génocidaires (FDLR) et la Brigade (...)

 "Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces (...)

"Tout d’abord, des commandants de la brigade d’intervention des rangs les plus élevés ont rencontré à plusieurs reprises leurs homologues des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avec lesquels, d’après les informations crédibles, fiables et détaillées dont dispose le Gouvernement rwandais, ils ont évoqué différentes formes de collaboration tactique et stratégique. Leurs agissements, qui laissent entendre qu’ils favorisent l’un des groupes armés dont ils sont censés décourager les activités militaires, sont très préoccupants."

Mis en ligne par L’Agence d’information

 17/07/2013

RDCongo. Quand la Communauté Internationale comprendra-t-elle (ou mieux, (...)

 L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la (...)

L’Agence d’information présente ici en exclusivité un document explosif. Il s’agit de la réflexion critique, signée par un pseudonyme, d’un officiel de la MONUSCO, la mission des Nations unies au Congo démocratique, sur l’attitude et les choix des acteurs internationaux de la crise congolaise. Tout en remettant en question pas mal d’idées reçues, le texte jette une lumière troublante sur les relations de Kinshasa avec ses partenaires et pose des questions brûlantes sur l’avenir d’un pays qui n’arrive pas à sortir d’une zone de hautes turbulences

The agence d’information presents an exclusive and explosive document. It is some critical thoughts, signed under a pseudonym, by an official of the MONUSCO, the mission of the United nations in the Democratic republic of Congo, and is about the attitude and the choices of the international protagonists of the Congo crisis.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 5/03/2015