RDC Congo Chaos en gestation à l’Est

30/03/2015
30/03/2015

Derrière l’opération, les réseaux d’élite politico-économiques liés au gouvernement et certains haut gradés proches de la maison militaire du chef de l’Etat.

DRC Congo Chaos in gestation in the East

A coalition of armed groups has been created in the North Kivu

Behind this operation, the networks of the economic and politic elite linked to the government and some high rank officers which are closely related to the military house of the head of state

30/ 03 / 2015
Deux semaines après la naissance d’une coalition de milices opérant dans le Nord Kivu, dans l’Est de la république démocratique du Congo (RDC), les objectifs de cette nouvelle alliance ne sont pas clairs alors que les violences et l’insécurité progressent avec les déplacements des populations.
Selon nos informations, venant surtout de l’asbl (association sans but lucratif) Action pour la protection des droits humains et du développement communautaire (APDHUD), de notre correspondant au Nord Kivu et d’une source proche de la présidence de la république, le promoteur de cette initiative est le général autoproclamé Janvier Buingo Karairi, leader de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS). Ce mouvement - issu en majorité de la communauté hunde - s’est mis en évidence pendant la guerre du 2012/2013 en participant aux combats contre le M23 à coté de l’armée régulière (FARDC), de la Brigade des NU et des FDLR.
La cérémonie de ralliement de ces groupes a eu lieu le 16 mars dernier à Remeka, dans le territoire de Masisi. Avec l’APCLS, étaient présents le Maï Maï Kifuafua, les Maï Maï Kirikicho et les Raia Mutomboki de Kalehe et de Walikale. D’autres « invités », comme les Maï Maï Simba et les Kifuafua de Walowaloanda, ne se sont pas rendus à la rencontre à cause de divergences sur l’attribution des postes dans l’organigramme de la coalition. Le général autoproclamé Maachano, Maï Maï Kifuafua de l’ethnie Tembo, a été nommé commandant de l’alliance et Karairi son second. Le rôle de chef d’Etat major a été attribué à Katabilao, un chef milicien mutembo venant d’Ufamandu, toujours dans le Masisi.

Toutes ces bandes armées, responsables de nombreuses exactions, atrocités et kidnapping contre les populations civiles, agissent comme support militaire des réseaux d’élites politico-économiques de la province, dont certains membres siègent au parlement et dans le gouvernement. De surcroît, « divers acteurs politiques se rallient à ces groupes armés pour se positionner et cela dans le cadre d’un véritable trafic d’influence », déclare l’un des membres de l’aslb APDHUD.
Pendant la réunion de Remeka, qui a été établie à siège de l’Etat-major, les participants ont affiché parmi les objectifs de la coalition la revendication des accords pris dans le passé avec le gouvernement, la lutte « contre toute agression des Rwandophones » et contre les « attaques des forces gouvernementales », l’exploitation des « minerais dans leurs zones respectives afin de se ravitailler en armes et munitions », et « préparer et accompagner les politiciens de leur communauté pendant les échéances électorales ».

Selon notre source proche de la présidence de la république, la réussite de l’initiative prise par Janvier Karairi est due aux liens de son mouvement, l’APCLS, qui est l’une des milices de l’Est parmi le plus soutenues sur le plan politique local et national. Au Nord-Kivu, on cite parmi ses parrains le vice-gouverneur Feller Lutahichirwa et le général Akili Muhindo, dit Mundos, les deux appartenant à la même communauté hunde.

Feller
Général Mundos
Janvier Karairi (APCLS)

Trois jours après la constitution de l’alliance et selon Magloire Paluku de Radio Kivu 1, des combats ont opposé dans le territoire de Walikale les FARDC aux troupes de Karairi qui agissent en connivence avec les rebelles hutu rwandais des FDLR. Ces dernières ont fait à nouveau leur apparition à Masisi, où elles ont réoccupé les villages auparavant abandonnés suite à des accords pris avec l’armée régulière. Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, « les habitants du territoire de Masisi n’ont plus accès à leurs champs et la plupart d’entre eux ont abandonné leurs habitations afin de trouver refuge dans les grandes cités de Rutshuru ».
L’Agence d’information reviendra sur ces événements pour une analyse de ce chaos en gestation en relation aux échéances électorales et à la stratégie du chef de l’Etat pour se maintenir au pouvoir après 2016.

Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 30/03/2015
 http://www.lagencedinformation.com/089-rdc-congo-chaos-en-gestation-a-l.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

 En images

Zip 292.5 ko

 general_mundos.zip

Zip 166.1 ko

 feller.zip

Voir aussi

Guerre et bombardements autour de Goma

 Les combats ont repris au Kivu, entre la coalition FARDC-FDLR-Maï-Maï – appuyée par la Monusco –, et le M23, ces mercredi 21 et jeudi 22 août 2013. Ce jeudi, (...)

Les combats ont repris au Kivu, entre la coalition FARDC-FDLR-Maï-Maï – appuyée par la Monusco –, et le M23, ces mercredi 21 et jeudi 22 août 2013. Ce jeudi, les hélicoptères des FARDC se sont d’abord "exercés" sur les antennes d’une station de télécommunications, et auraient ensuite bombardé le territoire rwandais, sans faire de victimes, et la ville de Goma, où plusieurs civils sont morts.

Fighting resumed in Kivu between the coalition FARDC-FDLR-Mayi-Mayi – supported by MONUSCO –, and the M23, this Wednesday 21 and Thursday, August 22, 2013. On Thursday, the FARDC helicopters first "exercised" on antennas of a telecommunications station, and would have then bombarded Rwandan territory, causing no casualties, and the city of Goma, where several civilians died.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 22/08/2013

RDC : Le retour du M23

 Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle (...)

Las d’attendre que le gouvernement respecte les engagements pris le 12 décembre 2013 à Nairobi, suite à la cessation des hostilités entre le mouvement rebelle et Kinshasa – notamment leur rapatriement conforme aux clauses des protocoles signés, le retour des réfugiés et la démobilisation des groupes armés sévissant à l’Est –, les combattants du général Sultani Makenga ont pour la plupart quitté leurs camps près de Kampala et sont rentrés au pays. Une action qui se voulait, au début, démonstrative et inoffensive…

Having enough of waiting for the government to respect the commitments made on December 12 2013 in Nairobi, which followed the cessation of hostilities between the rebel movement and Kinshasa - including their repatriation in accordance with the signed protocols, the return of refugees and the demobilization of groups Armed fighters in the east -, most of the fighters of General Sultani Makenga have left their camps near Kampala and returned home. An action which at first was meant to be demonstrative and harmless ...

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/02/2017

Crimes de guerre en RDC

 Huit mois après les accords de Nairobi, Kinshasa n’a honoré aucun de ses engagements. Ni l’amnistie pour les anciens rebelles, ni le retour des réfugiés (...)

Huit mois après les accords de Nairobi, Kinshasa n’a honoré aucun de ses engagements. Ni l’amnistie pour les anciens rebelles, ni le retour des réfugiés congolais installés dans les camps en Ouganda, Rwanda et Burundi, ni le démantèlement des FDLR héritières des génocidaires rwandais de 1994. Et maintenant la police de Kabila recourt aux arrestations extrajudiciaires, aux disparitions forcées et aux exécutions sommaires

Eight months after Nairobi agreements, Kinshasa has not honored its commitments. Neither amnesty for former rebels, nor the return of Congolese refugees living in camps in Uganda, Rwanda and Burundi, or the dismantling of FDLR, the Rwandan genocide heiresses of 1994. And now Kabila’s police resorts to extrajudicial arrests, enforced disappearances and summary executions

Mis en ligne par L’Agence d’information

 18/08/2014