7/04/2015

Un gradé s’est suicidé le dimanche de Pâques à cause des exactions à fond "tribal" de ses collègues contre la population et une embuscade qui a coûté la vie ce matin à trois officiers témoignent d’une spirale sanglante largement prévue et qui s’installe dans ce territoire de l’Est. Qui tire les ficelles ?

An officer committed suicide on Easter sunday because of the "tribal-based" exactions from his colleagues against the population and an ambush that cost the life of three officers this morning, witness of a bloody spiral mostly foreseen and that’s setting up in the eastern territory. Who’s pulling strings ?

07 / 04 / 2015
Dans son édition du 30 mars, l’Agence d’information avait titré Chaos en gestation à l’Est et annoncé l’avènement d’une coalition de groupes armés aux finalités obscures dans le territoire du Masisi, dans le Nord Kivu. Force promotrice de l’alliance, l’APCLS du « général » Janvier, une milice à dominance hunde avec de solides relations la liant à des hommes politiques locaux appartenant à la famille politique du chef de l’Etat. Pendant la réunion fondatrice, les objectifs de ce regroupement hétéroclite avaient été mis à jour : « la revendication des accords pris dans le passé avec le gouvernement, la lutte contre toute agression des Rwandophones et contre les attaques des forces gouvernementales, l’exploitation des minerais dans leurs zones respectives afin de se ravitailler en armes et munitions et la préparation et l’accompagnement des politiciens de leur communauté pendant les échéances électorales ». Dans le sous-titre du papier, on avait indiqué les éventuels apprentis sorciers : « les réseaux d’élite politico-économiques liés au gouvernement et certains haut gradés proches de la maison militaire du chef de l’Etat ».
Bref, un parfum de déstabilisation, de chaos programmé pour des fins inavouables. De quoi craindre le pire, en somme. Et le pire est en train de se manifester. Deux faits tragiques viennent de défrayer la chronique à Masisi. Pour rendre compte du premier, nous reproduisons le papier qui lui a consacré Le Soleil du Graben d’il y a deux jours :

« Effarouché par les exactions de ses collègues contre la population civile, un officier FARDC se donne la mort dans le territoire de Masisi.
Le Major Joseph Ruganirwa s’est donné la mort ce dimanche de Pâques, 05 Avril 2015, après avoir assisté impuissant aux nombreuses exactions menées par les militaires de son unité contre la population civile Rwandophone dans le territoire de Masisi. Selon certains de ses collègues qui ont requis l’anonymat, c’est depuis plusieurs jours que le major Joseph Ruganirwa, officier de Forces Armées de la République Démocratique du Congo basé dans le Masisi, se plaignait auprès de sa hiérarchie du comportement de ses collègues militaires vis-à-vis des personnes civiles appartenant à la communauté Rwandophone. Il avait rapporté à ses supérieurs des cas d’homicides, viols, pillages et tueries des bétails, destructions méchantes et autres voies des faits dirigés contre les Rwandophones de Masisi et tous ceux qui prenaient leur défense. Il avait évoqué dans ses correspondances, selon les dires de ses collègues, « une expédition punitive sélective et permanente sans justification ». Mais ses plaintes sont restées sans suite à telle enseigne que cet officier a fini par faire l’objet de moquerie de la part de ses collègues. Incapable de garantir, seul, la sécurité de ses compatriotes et contrarié par le silence de sa hiérarchie, le Major Joseph Ruganirwa ne sut s’empêcher de conclure à la complicité de ses supérieurs dans lesdites exactions. Très tôt ce matin de Pâques, après avoir pris son bain, le Major Joseph se rendra dans la cour de sa résidence, arme à la main, s’assiéra sur un banc, griffonnera quelques mots sur un bout de papier justifiant l’acte qu’il allait poser et portera le canon de son AK47 sur la partie saillante du visage située sous la bouche, le menton, pour se tirer une balle qui ressortit de la partie supérieure de sa tête avant de s’écrouler par terre gisant dans un bain de sang ». Le Major Ruganirwa est originaire de Mulenge dans la province du Sud-Kivu, il laisse derrière lui une veuve et six orphelins ».

Ajoutons comme seul commentaire, qu’étant le protagoniste du geste un rwandophone lui-même qui n’avait pas adhéré au M23, mouvement revendiquant parmi ses objectifs la non-discrimination des rwandophones, l’épisode en dit long sur l’état de désarroi dans lequel verse une partie des populations du Kivu.
Le deuxième épisode a eu lieu ce matin à cinq heures près de Kibati, selon l’une de nos sources, hier lundi 6 avril, selon Radio Okapi, près de Migango, deux localités qui se trouvent dans le territoire de Masisi. Un convoi des forces régulières (FARDC) a été objet de tirs de roquettes qui ont tué le colonel Bawili, un lieutenant colonel et un capitaine. Une troisième source indique que l’embuscade aurait eu lieu à deux kilomètres d’une position militaire.
Sur la nature des assaillants, l’hypothèse FDLR — les rebelles hutu rwandais sévissant dans l’Est — a été avancée par les autorités. Si elle ne peut pas être exclue, on sait également que les diverses unités des FARDC opérant dans la zone agissent désormais de manière autonome et avec des liens spécifiques avec les groupes armés, y compris les FDLR. Ce qui crée un climat de rivalité sur le contrôle du territoire et la gestion des ressources. Et une dynamique perverse, de plus en plus meurtrière.
Luigi Elongui

Mis en ligne par L’Agence d’information
 7/04/2015
 http://www.lagencedinformation.com/092-rdc-congo-derives-meurtrieres-a.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

La Nuit rwandaise 11 - Volume 1 | La Nuit rwandaise 11 - Volume 2

LE TARTUFFE OU L’IMPOSTEUR / ARCHIVES & TÉMOIGNAGES / LES FAITS SONT TÊTUS / DOCUMENTS / NEGATIONNISME ET EGLISE / RWANDA, DEMAIN / LA NUIT BURUNDAISE / LA NUIT CONGOLAISE / DOCUMENTS / DOSSIER DGR / RWANDA, ILS ECRIVENT / REMERCIEMENTS


 En savoir plus

 En images

  Carte - Geolocalisation

Voir aussi

Un envoyé très spécial

 Nouvellement nommé représentant spécial pour les Grands Lacs par le Secrétaire général des Nations Unies, l’algérien Saïd Djinnit entame sa première tournée (...)

Nouvellement nommé représentant spécial pour les Grands Lacs par le Secrétaire général des Nations Unies, l’algérien Saïd Djinnit entame sa première tournée régionale. Au menu de ses rencontres, les grands dossiers inachevés d’une crise longue de vingt ans : le démantèlement des FDLR, le retour des réfugies congolais, l’application des accords d’Addis-Abeba et des protocoles de Nairobi et la réforme de l’armée de la République démocratique du Congo.

Newly appointed Special Representative for the Great Lakes by the UN Secretary General, Algerian Saïd Djinnit begins his first regional tour. On the menu of its meetings, the main issues of a long unfinished crisis since twenty years : the dismantling of the FDLR, the return of Congolese refugees, the application of the Addis Ababa agreements and Nairobi protocols, and the reform of Democratic Republic of Congo army.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 23/08/2014

Kinshasa à l’heure du soulèvement

 Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la (...)

Vaste réaction populaire contre le coup d’Etat constitutionnel du président Kabila
A l’appel de l’opposition politique, le lundi 19 janvier, la capitale de la République démocratique du Congo a été paralysée par les manifestants qui n’ont pas reculé face aux tirs à balles réelles de la police et des militaires de la Garde Républicaine. On compte une trentaine de morts et nombreux blessés parmi la population. Des affrontements violents ont aussi eu lieu à Goma, dans le Nord-Kivu, et se poursuivent aujourd’hui, toujours à Kinshasa et dans les principales villes de l’Est.

Vast popular reaction against Kabila’s constitutionnal coup. At the call of politicial opposition, monday 19th, the capital of the Democratic républic of Congo has been paralysed by demonstrators who haven’t step back, facing real bullets shot by the police and the military men from the presidential guard. 30 deaths and many wounded have been counted among the population. Violent confrontations have also occured in Goma, North-Kivu, and are still going on today, in Kinshasa and the main towns of the east.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 20/01/2015

Les rafles de Tutsi continuent à Goma

 Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), (...)

Ethnic cleansing is still unfolding in Goma and eastern Congo. The local Tutsi, named banyamulenge, are whipped out of the national congolese army (FARDC), as the arrest of men and women "looking as Tutsi" keep going on, under the eyes of Monusco.

Le nettoyage ethnique se poursuit à Goma et dans l’est-Congo. Les banyamulenge, Tutsi autochtones, sont mis à l’écart des forces armées congolaises (FARDC), et les arrestation d’hommes et de femmes "à l’apparence Tutsi" se poursuivent, sous les yeux des soldats de la Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/06/2013

Mots-clés