31/01/2019

Du 16 au 18 décembre, 890 personnes ont été tuées à l’arme automatique en moins de 48 heures à Yumbi, dans la province de Maï Ndombe frontalière avec la République du Congo. Les assaillants, arrivés de Kinshasa et d’un village limitrophe, encadraient les membres d’une communauté locale.

L’un des plus grands massacres de l’ère Kabila a été déguisé en conflit ethnique alors que le mobile politique ne fait pas de doute.

Le gouverneur de la province, proche du régime, est indiqué comme l’organisateur de cet acte de génocide visant la communauté Banunu.

31/01/2019
« RDC : 45 morts dans des violences inter communautaires »
Le 18 décembre, titre et contenus d’une dépêche AFP sont repris en boucle dans les médias africains et en France. Y trouvent une large place les propos du gouverneur de la province, Gentiny Ngobila Mbaka : « Ces violences ne sont pas liées à la campagne électorale en cours dans le pays. Il s’agit d’un conflit entre deux communautés ».

Un mois après, un rapport du Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme (BDHNU) de Genève (Suisse) fait état d’une situation bien plus grave : « Au moins 890 personnes auraient été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans quatre villages du territoire de Yumbi… dans ce qui semble avoir été des affrontements entre les communautés Banunu et Batende ».

On insiste sur la thèse des violences « inter communautaires », mais le nombre de victimes en un laps de temps si court pose question pour des conflits qui d’habitude se déroulent à l’arme légère ou blanche.

Ainsi, à la lumière des premières informations qui arrivaient de Yumbi, cette version ne tient pas la route.

Un bateau en provenance de Kinshasa

Quelques jours après le massacre, une ONG des droits humains, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), demande à l’Etat congolais d’ouvrir une enquête « pour déterminer quels militaires et quels policiers auraient apporté leur soutien au groupe des assaillants Batende »

RFI reporte le communiqué de l’ACAJ et cite une source religieuse sur place qui « évoque l’usage d’armes automatiques et de grenades lacrymogènes » et la présence d’ « un bateau suspect, probablement en provenance de Kinshasa… au large de Yumbi ».

Si tous les ingrédients de la manipulation politique avec la participation de forces de sécurité de l’Etat dans les tueries sont réunis, pourquoi les Nations unies via le BNUDH se limitent à une alerte si anodine et tributaire de la vulgate des « violences inter communautaires » ?

Gentiny Ngobila Mbaka

Surtout que, selon une source de l’Agence d’information et le média congolais Top Congo, un rapport établi par la mission onusienne en RDC (MONUSCO) une semaine après les faits accuse le gouverneur Ngobila Mbaka d’avoir dépêché sur place et à partir de Kinshasa des fonctionnaires de la police et de l’armée (FARDC). Déguisés en civils, ceux-ci auraient encadré les Batende dans les attaques meurtrières contre les Banunu.

Depuis, le rapport a été enterré par décision de la responsable de la MONUSCO, Mme Leila Zerrougui.

On apprend pourtant qu’à Yumbi, ces faits sont bien connus par la population. Un témoignage accablant d’un dirigeant de la société civile locale est reporté par Top Congo dans son édition du 27/12 :

« La planification du massacre aurait été faite au niveau du gouvernorat de la province. Deux équipes formées par des policiers et des militaires sont parties de Kinshasa et d’Inongo pour faire jonction à la cité de Mansele habitée par la tribu Tiene. Le groupe de criminels parti de Kinshasa a voyagé à bord du bateau Kebakuni, propriété de M. Ngobila Mbaka, gouverneur de la province et leader de la tribu Tiene ».

D’autre part, un post sur le compte tweeter du mouvement citoyen La Lucha, publié quelques jours après les événements, accuse les partisans de Ramazani Shadary, dauphin de Joseph Kabila à la présidentielle du 30 décembre, d’avoir armé une milice Batende pour attaquer les Banunu, considérés proches de Martin Fayulu, le candidat de l’opposition radicale Lamuka.

Le piège « ethnique »

L’orientation politique des Banunu n’étant pas du goût du gouverneur Ngobila Mbaka, créature du tout puissant président kabiliste de l’Assemblée nationale Aubin Minaku et battant campagne pour le candidat Shadary de la coalition pro gouvernementale FCC (Front commun pour le Congo), un piège contre les Banunu est vite monté.

Lorsque ces derniers se préparent à enterrer la dépouille de leur chef coutumier décédé à Kinshasa, Mbaka s’y oppose en prétextant que la terre appartient aux Batende…

Il mobilise ces derniers et les fait encadrer par sa milice privée, l’Universal Security, société de sécurité de sa propriété qui, à Yumbi, supplée la police. L’œuvre se complète avec le recrutement d’un certain nombre de policiers et de militaires à Kinshasa. Puis, l’ordre est donné de passer à l’acte.

Des centaines de maisons incendiées, des centres sanitaires pillés, des cadavres flottant dans les eaux du Congo ou remplissant les fosses communes, des villages abandonnés et des milliers de déplacés au Congo Brazzaville.

Bref, l’apocalypse à Yumbi, Bongende, Nkola et Yoka.

Ngobila Mbaka lui, reste impassible et réfute toute « allégation » sur le caractère politique de la tragédie. « C’est un conflit qui n’a rien de politique. Il n’y a aucun soubassement politique dans ce conflit », répète-t-il sans cesse.

Un objectif aurait été au moins atteint par le régime, car, « à cause de l’insécurité », Yumbi, fief notoire de l’opposition Lamuka, est exclu de participation aux élections. Les gens de ce territoire voteront le mois de mars, quand les résultats des scrutins seront déjà connus, y compris le nom du « nouveau président élu ».

Le 26 janvier, la découverte de plus de cinquante fosses communes par une mission d’enquête conjointe de la mission de l’ONU et des autorités congolaises à Yumbi a été très médiatisée.

Le 30, Leila Zerrougui, patronne de la Monusco, déclare : « Ce qui s’est passé à Yumbi a été d’une violence inouïe. Nous voulons accompagner le processus de retour des populations ».

Déplacé-e-s de Yumbi

Silence assourdissant sur le rapport de la Monusco indiquant les responsabilités du gouverneur Ngobila Mbaka et sur la demande de l’ACAJ postulant une enquête sur la participation éventuelle aux massacres de membres des FARDC et de la Police nationale (PNC).

Luigi Elongui
L’Agence d’information, 31 janvier 2019

Mis en ligne par L’Agence d’information
 31/01/2019
 http://www.lagencedinformation.com/124-carnage-au-bord-du-grand-fleuve.html
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

Les habits neufs de l’empire
Guerre et désinformation dans l’Est du Congo

Acheter en ligne (Aviso éditions)


 En savoir plus

 En images

  Carte - Geolocalisation

Voir aussi

La 2e bataille de Mutaho

 Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui (...)

Le M23 déclare avoir été attaqué, ce dimanche à 14 heures, non seulement par des FDLR et Maï Maï Nyatura comme les fois précédentes, mais par les FARDC, qui tenteraient de le déloger de ses positions surplombant Goma, à Mutaho, où ine importante bataille s’est déjà produit le mois dernier.

Il dénonce par ailleurs le fait que les forces gouvernementales aient progressivement avancé depuis une quinzaine de jours, jusqu’à se retrouver à vingt mètres des lignes du M23.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 14/07/2013

Les bombes de Goma

 Après deux jours de combats, la coalition FARDC/FDLR a dû se replier loin de la ligne du front. Encore ce matin, un obus est tombé sur Goma en tuant une (...)

Après deux jours de combats, la coalition FARDC/FDLR a dû se replier loin de la ligne du front. Encore ce matin, un obus est tombé sur Goma en tuant une femme. Sur les origines de ces frappes meurtrières les déclarations sont divergentes et le M23 fait appel au Secrétaire général de l’ONU pour une enquête internationale indépendante.

After two days of fighting, the coalition FARDC / FDLR had to retreat away from the frontline. Just this morning, a shell fell on Goma, killing one woman. On the origins of the deadly strikes statements are divergent and the M23 calls the Secretary General of the UN for an independent international investigation.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 24/08/2013

Le M23 renforce ses positions autour de Goma

 Les combats engagés hier ont repris ce lundi matin pour se prolonger jusqu’à 17 heures. Il résulte de l’analyse des informations contradictoires parvenues sur (...)

Les combats engagés hier ont repris ce lundi matin pour se prolonger jusqu’à 17 heures. Il résulte de l’analyse des informations contradictoires parvenues sur le bilan de ces combats que le M23 aurait efficacement maintenu ses positions, en dépit de la vigueur de l’offensive des FARDC qui auraient été renforcées d’éléments tanzaniens de la brigade offensive de la Monusco.

The fighting that was engaged yesterday between FARDC and M23 has resumed this monday morning, until 5pm. After analysing the contradictory informations received about this fight, it appears that M23 has efficiently kept his positions, despite the vigourous attack of the FARDC that could have been reinforced by tanzaniens forces from the offensive brigade of Monusco.

Mis en ligne par L’Agence d’information

 15/07/2013